Mardi 10 mai 2022 

Lire en ligne

Face à la mer

Bonjour à toutes et à tous,

Au sommaire cette semaine :


- La piétonnisation des quais pour la saison estivale a commencé à Pornic

- Et si vous achetiez directement votre poisson sur les bateaux de pêcheurs ?

- A moins que vous ne préfériez vous le faire livrer à domicile ?

- L'Etat classe 126 communes prioritaires face à l'érosion côtière

- En Vendée, les seniors découvrent les joies du surf

- Les stations de reproduction servent à protéger les jeunes poissons

- Des milliers d'étoiles de mer échouées sur une plage de Gironde


Bonne lecture,

Florent Servia

Journaliste actu.fr

Des nouvelles du front

🍦 Comme un air de vacances. Destination touristique phare en Loire-Atlantique, la ville de Pornic a d'ores et déjà piétonnisé les quais de son vieux port les dimanches et jours fériés de la saison estivale et ce jusqu'au 30 septembre. Ils seront piétons tous les jours à partir du 1er juillet jusqu'au 31 août, pour la saison estivale, rapporte le Courrier du Pays de Retz.


🐟 Acheter son poisson au port ? Et si vous achetiez directement votre poisson sur le bateau des pêcheurs ? En Vendée, à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, les pêcheurs les vendent directement en rentrant au port. "Plus frais, c'est impossible", jure un client ravi, raconte Le Courrier Vendéen.


🎣 Ou se le faire livrer à domicile ? Un service de livraison à domicile de fruits de mer se lance dans le Calvados. Alexandre de Loof voulait pouvoir livrer à domicile les produits de la mer dans les terres autour de Pont-l'Evêque. A l'origine de ce service insolite, le constat que les fruits de mer n'étaient pas livrés, alors que c'était possible pour "des pizzas, des burgers et du fast food", explique le fondateur de Speed'Alex au Pays d'Auge.

126

C'est le nombre de communes classées prioritaires par l'Etat face à l'érosion côtière.

Le 30 avril 2022, le gouvernement a donné les noms de 126 communes de bord de mer qui devront s’adapter face à la montée des eaux et à l’érosion du littoral. Le décret, paru au Journal Officiel, dans le cadre de la loi Climat et Résilience, détaille que lesdites municipalités auront notamment des contraintes d’urbanisme qui pourront aller jusqu’à l’interdiction de construire ou la destruction de certaines habitations. 


Le décret prévoit, par exemple, d'interdire les constructions dans les zones sensibles dans les 30 prochaines années. Et il faudra démolir à terme, d'ici 30 à 100 ans. Seront seulement autorisés : des "travaux de réfection et d'adaptation de constructions existantes", des "constructions nouvelles nécessaires à des services publics ou à des activités économiques exigeant la proximité immédiate de l'eau, à condition qu'elles soient démontables".


Cette mesure est bien accueillie par les associations de préservation de la mer et des littoraux. David Beaulieu, le directeur de l'association Echomer, se réjouit de voir enfin "ralentir la bétonisation des côtes et l'artificialisation des sols". Pour Serge Kubryk, le maire de la Tranche sur Mer, en Vendée, le décret permettra surtout, "grâce à l'Etat", de "reloger les habitants", en plus de protéger les populations à venir d'ici 100 ans.

Lire l'article

Pas encore abonné à "Face à la mer" ?

Inscrivez-vous dès maintenant

La vie à la mer

En Vendée, les seniors peuvent découvrir les joies du surf !

L’an dernier, une stagiaire du club Octopus Glisse des Sables-d'Olonne a l'idée de proposer des cours de surf aux plus de 60 ans. Le succès du 1er cours a pérennisé l'initiative. Les cours ont lieu une fois par mois.


Pour Caroline Angibaud, la gérante du club, ces cours sont devenus une évidence : "Nous avons un cadre de vie plus que favorable aux sports nautiques et puis, aux Sables-d'Olonne, pas mal de seniors sont sportifs et pratiquent le longe-côte". Pour faciliter l'apprentissage, les planches mises à disposition des seniors sont "spéciales : plus grosses, plus stables et qui glissent mieux". "Le but, ajoute la gérante, est qu'ils puissent avoir des sensations en s'épuisant le moins possible".


Les dates ne sont pas non plus choisies au hasard. Elles correspondent à des moments de mi-marée, quand "les vagues sont plus longues, ce qui permet de prendre plus son temps pour se mettre debout sur la planche". Des aspects non-négligeables, selon la gérante, qui rappelle que "se lancer dans la pratique du surf passé un certain âge n'est pas un cap facile à franchir". Les seniors oseraient moins. Marie-Edith, 65 ans, elle, trouvait le longe-côte "pas assez sportif". Elle a rejoint le cours d'initiation après s'être mise seule au body. Elle craignait pour ses genoux, mais "tout est ok !", assure-t-elle au Journal des Sables.

Lire l'article

Le saviez-vous ?

Les stations de reproduction servent à protéger les jeunes poissons

Trois stations destinées à la reproduction de poissons ont été installées dans le port de Porquerolles, selon la Métropole de Toulon.


Ces stations sont cruciales. Elles permettent de préserver les jeunes en leur offrant un habitat. Les ports étant installés dans des espaces côtiers peu profonds. Un milieu dans lequel les poissons se développaient, avant que la forte présence humaine ne change un peu la donne.


Les stations de reproduction permettent de préserver cet état de fait. Les jeunes poissons y trouvent une nourriture plus accessible et peuvent se cacher des prédateurs, explique Actu Var.

La mer à voir

Sur la plage au pied de la Dune du Pilat, Gironde (©Dunedupilat)


Des milliers d'étoiles de mer se sont échouées sur une plage de Gironde. Ces astéries sont vivantes et se déplacent de 8cm par minute. Leurs mouvements ne sont donc pas perceptibles à l'œil nu. Les biologistes de la Cité de l'océan, à Biarritz, ne savent pas encore expliquer ce phénomène curieux mais pas inédit, rapporte Actu Bordeaux.

Envoyez-nous votre plus belle photo du littoral !

Il ne faut pas préparer la poêle avant d'avoir le poisson.

Proverbe québécois

Partagez cette newsletter !


            

  Toute l'actu de vos régions

  Découvrir nos autres newsletters

  Créez votre fil d'actualité locale

Pas encore abonné ? Je m’inscris à cette newsletter

Je ne souhaite plus recevoir cette newsletter