jeudi 19 mai 2022

Lire en ligne

En campagne

Législatives 2022

Bonjour à toutes et à tous,

Au sommaire du jour :


- Les mille vies d'Elisabeth Borne

- Sur le pont, la Première ministre prépare son gouvernement

- Elisabeth Borne maintient sa candidature aux élections législatives

- Le programme chargé de la nouvelle Première ministre

- Ils ont 18 ans et sont déjà candidats aux élections législatives

- Bad buzz pour un candidat RN à Lyon

- Les candidats du Mouvement de la ruralité veulent qu'on leur foute la paix

- Marion Maréchal, suppléante de Stanislas Rigault pour Reconquête

- Le NPA soutient (presque toutes) les candidatures de la NUPES

- La NUPES dévoile son programme commun avec 650 mesures


Bonne lecture,

Florent Servia

Journaliste actu.fr

Les grandes manoeuvres

📖 1000 Borne. Polytechnicienne, ingénieure Pont-et-Chaussée, conseillère au ministère de l'Education nationale puis à Matignon, sous Lionel Jospin, directrice de la stratégie de la SNCF, PDG de la RATP, Préfète (Poitou-Charentes, Vienne), directrice de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l'Ecologie... Elisabeth Borne, 61 ans, a eu mille vies, rappelle Actu Paris. Passée sous pavillon LREM depuis 2017, ministre des Transports, de la Transition écologique puis du Travail, elle est réputée travailleuse, exigeante et pointue sur ses dossiers.


↔️ Borner le gouvernement. Pour l'heure, les ministres de la fraichement nommée Elisabeth Borne ne sont pas connus. Longs déjeuners avec Emmanuel Macron et rendez-vous avec des cadors de la majorité (Jean Castex, Edouard Philippe, Richard Ferrand, François Bayrou) se succèdent. La Première ministre devrait annoncer qui seront les prochains ministres dans les prochains jours, sans qu'une date ne soit fixée. Des listes circulent, mais tiennent plutôt de la spéculation, rapporte actu.fr


🗳️ Sans bornes. Jamais élue, la Première ministre entend maintenir sa candidature dans la 6e circonscription du Calvados (Normandie). Mais sa victoire enverrait automatiquement au front son suppléant, Freddy Sertin, directeur de la clinique de Vire Normandie. Un choix déjà annoncé avant sa nomination à la tête du gouvernement, lors de sa venue dans la capitale du Bocage, le 6 mai : "Freddy Sertin siègera à l'Assemblée nationale et je continuerai à m'impliquer dans la circonscription", rapporte La Voix, le Bocage.


📚 Borne out. Pourtant, à peine nommée, Elisabeth Borne va avoir du pain sur la planche. Il va lui falloir mener une bataille des législatives qui s'annonce agitée face aux ambitions de coalition gouvernementale de la NUPES à gauche. Autres priorités, la Première ministre va s'atteler à la mise en œuvre du chèque alimentaire, dans les prochaines semaines, dans un contexte de forte inflation. Elle est aussi attendue au tournant sur la réforme promise explosive des retraites, rappelle actu.fr

On vous a transféré cette newsletter ?

Inscrivez-vous dès maintenant

18 ans

Ils sont à peine majeurs et déjà candidats aux législatives.

Raphaëlle Rosa "se sent apte à être députée", Sofiane Dahmani rêve, lui, de changer le monde". Tous deux ont en commun de passer le bac cette année... et de se présenter aux élections législatives.


Raphaëlle Rosa se lance dans la politique en étant candidate pour Les Républicains (LR) dans la 8e circonscription de Moselle (Hayange), où elle a grandi. Elle a attendu d'avoir 16 ans -l'âge requis- pour adhérer à LR, sollicitant ensuite les conseils de Fabien Di Filippo, député LR de la 4e circonscription de Moselle (Sarrebourg) pour l'aiguiller dans ses envies de carrière politique, retrace Lorraine actu.


Sofiane Dahmani, passionné de politique et d'histoire, se présente sans étiquette dans les communes de la 9e circonscription du Rhône. Et face à lui, le lycéen trouvera Alexandre Portier, son professeur de philosophie investi par LR. Pour ce dernier, heureux de voir un jeune s'investir en politique, "c'est une bonne surprise" (...). Sofiane Dahmani veut défendre le pouvoir d'achat, la sécurité et la lutte contre le réchauffement climatique. Contacté par plusieurs partis, il se dit "ni de droite, ni de gauche", précise Actu Lyon.

La phrase

Madame Peillon... une photo de ma femme, merci.

Gérard Rivolly candidat du RN dans la 3e circonscription du Rhône à Lyon.

Malaise sur le plateau de France 3 Rhône-Alpes, hier. Lors d’un débat autour des élections législatives, Gérard Rivolly candidat du RN dans la 3e circonscription du Rhône à Lyon, montre une photo de sa femme noire pour se défendre d’être « d’extrême droite ».


Préparée, cette réponse devait, pensait-il, lui donner raison face aux accusations en extrémisme de la candidate LREM/Renaissance Sarah Peillon. La séquence qui dure quelques secondes a été partagée par la chaîne sur les réseaux sociaux et dépasse déjà les 400 000 vues, signale Actu Lyon.

Lire l'article

Vu des régions

🐮 En finir avec les vacheries. Les candidats du Mouvement de la ruralité veulent avant tout "qu'on leur foute la paix". Traditionalistes, les candidats de la 3e circonscription de l'Eure Christophe Costey et Valérie Mérimée se sentent "montrés du doigt". Tous deux chasseurs, ils déplorent que "les jeunes vivent sur leurs écrans" ils craignent qu'on ne leur interdise un jour de jardiner pour ne pas "embêter les vers de terre". Ce qu'ils craignent le plus ? Le changement ? Ce qu'ils demandent ? "Un peu de tolérance", rapporte l'Eveil normand.


🇫🇷 Maréchal la voilà. Marion Maréchal est la candidate suppléante du jeune Stanislas Rigault (22 ans), président de "Génération Z" et membre de l'état-major de Reconquête, dans la 2e circonscription du Vaucluse. De retour en politique, la vice-présidente de Reconquête a annoncé, mardi, sa démission de la direction de l'Institut de sciences sociales économiques et politiques (Issep), attachée, selon ses dires, "à la dimension apartisane" de l'école qu'elle avait lancée à Lyon, en 2018, rapporte Actu Vaucluse.


Ligne rouge. Le NPA aurait rejoint les rangs de la Nupes, si le PS n'en était pas. Farouchement opposé au social-libéralisme, le parti de Philippe Poutou proposera ses propres candidats sur les circonscriptions accordées à des représentants du PS, dans certains départements. Ailleurs, le conseil politique national du NPA a décidé d''appeler à voter et de soutenir, y compris de façon militante, les candidats de gauche de rupture de Nupes", annonce le parti après un conseil politique national, rapporte Actu Toulouse.

Partagez cette newsletter !


            

Programme

La NUPES dévoile son programme commun

La Nupes multiplie les effets d'annonce. Fermement décidée à imposer une cohabitation à Emmanuel Macron, la coalition menée par Jean-Luc Mélenchon a présenté son programme de gouvernement lors d'une conférence de presse, aujourd'hui.


Les 650 mesures ont été âprement débattues par les partis de cette Nouvelle union populaire écologique et sociale. LFI, EELV, le PS et le PC n'ont pas réussi à s'entendre sur 33 mesures, dès lors laissées "en nuance". Jean-Luc Mélenchon expliquant qu'il était question d'un "programme partagé" et non pas d'une "fusion idéologique".


Augmentation du SMIC à 1500 euros, établissement d'un impôt "plus juste grâce à un système de 14 tranches", retour de la retraite à 60 ans, blocage des prix sur certains produits de première nécessité, "police de proximité dotée de moyens humains suffisants" ou encore "objectif extrêmement ambitieux de réduction de 65 % des gaz à effet de serre d'ici 2030".... Nos confrères de Ouest-France ont fait le point.

Pour briller au comptoir

Dans l'hémicycle, le président de l'Assemblée nationale siège sur le "Perchoir". Sa position est centrale, mais pas au-dessus des députés, une limite visant à rappeler que le président, toujours député de sa circonscription, "reste un député comme les autres", indique l'Assemblée nationale sur son site. Assis sur un siège réputé très inconfortable, le président du Parlement peut couper le micro d'un député grâce à un boitier, si son intervention tire en longueur, chaque député ayant le droit au même temps de parole. En 2017, Europe 1 livrait cinq anecdotes sur le "Perchoir" de l'Assemblée nationale.

  Toute l'actu de vos régions

  Découvrir nos autres newsletters

  Créez votre fil d'actualité locale

Pas encore abonné ? Je m’inscris à cette newsletter

Je ne souhaite plus recevoir cette newsletter